Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo ONU/Laura Jarriel)

Zimbabwe : l'ONU condamne et demande la fin de la répression

18-01-2019 dans Afrique

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s'est dit, le 18 janvier, profondément préoccupé par la crise socio-économique en cours au Zimbabwe et par la répression des manifestations de grande ampleur dans le pays, à la suite de la décision du gouvernement d’augmenter les prix du carburant.

Les services de la Haut-Commissaire Michelle Bachelet se sont inquiétés des informations faisant état d’un recours excessif à la force, y compris par balles réelles, par les forces de sécurité zimbabwéennes au cours des manifestations qui ont débuté le 14 janvier.

Au Zimbabwe, les populations sont descendues dans la rue pour protester contre les mesures d’austérité économique et la hausse des prix du carburant, qui affectent leurs ménages et leurs entreprises déjà appauvries.

« Des informations suggèrent que les manifestants ont brûlé des pneus, utilisé des pierres pour barrer les routes et empêché les usagers des bus de se rendre au travail », a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat lors d’un point de presse ce vendredi à Genève. Plusieurs bâtiments ont également été incendiés et des actes de pillage ont été signalés.

La police aurait riposté avec force, notamment en utilisant des balles réelles. « Il existe des rapports crédibles faisant état d’un certain nombre de décès - notamment d’un policier », a ajouté Mme Shamdasani.

Les services de la Haut-Commissaire font état également « d’allégations inquiétantes d’intimidation et de harcèlement généralisés de la part des forces de sécurité effectuant des fouilles maison par maison ».

La Commission zimbabwéenne des droits de l’homme a également reçu des rapports accusant la police « de passages à tabac ». Selon les chiffres officiels présentés par le ministre de la Sécurité nationale, plus de 600 personnes ont été arrêtées dans tout le pays, dont des dirigeants de l’opposition et représentants de la société civile.

Face à cette situation tendue, le Haut-Commissariat plaide pour la libération rapide de « tous les manifestants détenus pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique ». Il appelle le gouvernement à mener des enquêtes sur toutes les informations faisant état de violences, y compris les allégations d’un recours excessif à la force par les forces de sécurité, de la façon la plus transparente et dans un souci de responsabilisation.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat soutient l’appel lancé au gouvernement par la Commission des droits de l’homme du Zimbabwe pour la mise en place d’un dialogue national, avec une participation plus large de tous les secteurs, afin de trouver des solutions aux défis économiques auxquels le pays est confronté. 

(Source: ONU)

Dans la catégorie Afrique

Somalie: sécheresse et crise alimentaire pour 2 millions de personnes

17-05-2019 dans Afrique
L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a émis le 15 mai une alerte sur la Somalie où près de 2,2 millions de personnes seront confrontées à une grave crise alimentaire entre juillet à septembre en raison de la sécheresse.

Lire plus ›

3 mai 2019: la liberté de la presse à l'heure de la désinformation

3-05-2019 dans Amériques
Cette année c'est Addis-Abeba, en Ethiopie, qui a été choisie pour représenter la capitale de la liberté médiatique. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et la cheffe de l'UNESCO, Audrey Azoulay, ont appelé conjointement le 2 mai à défendre les droits des journalistes…

Lire plus ›

Mozambique: le cyclone Kenneth a fait 38 morts et détruit 35 000 maisons

30-04-2019 dans Afrique
« Selon les rapports du gouvernement, au moins 38 personnes sont mortes au Mozambique et au moins quatre aux Comores après le cyclone »

Lire plus ›

Soudan du Sud:« Risque réel » de famine dans les prochains mois

10-03-2019 dans Afrique
Près de 7 millions de personnes au Soudan du Sud pourraient se retrouver dans une situation d'insécurité alimentaire aiguë lors de la prochaine période de soudure — de mai à juillet —, ont averti les Nations unies le 22 février.

Lire plus ›

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2