Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

Des enfants et des adultes attendent d'être enregistrés pour obtenir de l'aide dans le camp de réfug

Urgence: Grave insécurité alimentaire au Soudan du Sud et en Somalie

Le Soudan du Sud et la Somalie font aujourd’hui face à une situation d’urgence imputable aux guerres civiles et aux sécheresses successives qui privent leurs populations de nourriture. Alors que cette conjoncture a déjà déraciné le quart de leur population respective, presque autant de personnes ont en ce moment besoin d’aide alimentaire dans les deux pays, selon les Nations Unies.

Par Adeline Huar

« Sur le terrain, ils continuent à attaquer, tuer, enlever, violer, détenir arbitrairement et déplacer par la force des civils, pillant et détruisant leurs biens. Six mois après la signature de l’Accord de paix, la stratégie de la terre brulée continue: des civils sont brûlés vifs dans leurs maisons, leur bétail pillé et leurs moyens de subsistance détruits ».

Tel était le triste constat d’Ivan Šimonović, le Secrétaire général adjoint aux droits de l’homme des Nations unies, en février dernier, qui prévenait que la famine s’abattrait sur les populations déplacées si aucun accord de paix majeur n’était respecté entre les parties.

Rappelons que deux ans après son indépendance en 2011, le Soudan du Sud a en effet sombré dans un conflit opposant le président Salva Kiir et son ex-vice-président Riek Machar. Cette rivalité, qui a réveillé des oppositions ancestrales entre les deux plus importantes tribus du pays, a fait tomber la nation naissante dans une guerre civile qui a engendré de sanglants massacres. Malgré le cessez-le-feu signé en août 2015 par les deux politiciens, les exactions se poursuivent et aggravent les déplacements internes et l’insécurité alimentaire déjà présents.

Plus de deux millions de Sud-Soudanais ont été déplacés à l’extérieur des zones d’extrême violence, mais se trouvent malgré tout en situation d’insécurité alimentaire, car tout le pays est actuellement touché par une crise économique qui entraîne l’interruption des marchés. Quant aux populations piégées dans les zones de violence, qui doivent leur survie aux produits d’origine animale, elles perdent souvent leurs troupeaux, qui sont attaqués par des groupes rebelles armés.

Plus à l’est, la Somalie vit une crise attribuable à la guerre civile et aux pressions régionales et internationales. Depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barre en janvier 1991, le pouvoir et l’armée sont aux mains de diverses factions militaires qui ne s’entendent pas. Plus de vingt années de guerre civile combinées à l’absence de structures étatiques ont créé une situation propice au développement du terrorisme international, incarné dans la région par le groupe Al-Shabaab, affilié à Al-Qaida.

En empêchant la production agricole locale et l’aide humanitaire d’atteindre les villes, Al-Shabaab aggrave une situation endémique de famine qui avait déjà fait 260 000 morts en 2012. Les interventions humanitaires demeurent dangereuses pour les acteurs sur le terrain: au cours des cinq premiers mois de 2015, 60 incidents violents touchant les organisations humanitaires ont été dénombrés par le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO).

Même si la situation s’est améliorée ces dernières années, un Somalien sur cinq est aujourd’hui un réfugié ou un déplacé interne. Installés principalement dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, les Somaliens représentent à eux seuls 30% de l’ensemble des réfugiés en Afrique de l’Est. Quant aux déplacés internes, ils représentent plus de deux tiers des personnes en situation d’insécurité alimentaire grave.

Pour lire l'article complet

Dans la catégorie Numéro 30 - Magazine humanitaire

Droits de l'homme: Entrevue de la militante congolaise Justine Masika Bihamba

La militante congolaise Justine Masika Bihamba lutte pour la protection des femmes dans la province du Nord Kivu, en République Démocratique du Congo (RDC), un pays en guerre depuis 20 ans. Elle y a fondé le collectif la Synergie des Femmes pour les Victimes de violences Sexuelles (SFVS) en 2002,…

Lire plus ›

Solidarité: Fabriquer des voitures à Madagascar grâce à des fripes françaises

À Fianarantsoa, au sud-est de Madagascar, une entreprise à but socio-économique rachète des vêtements issus de dons français pour les revendre à des marchands de fripes locaux. Les bénéfices du centre de tri textile ont permis au Relais Madagascar de développer progressivement cinq autres…

Lire plus ›

Santé: La spirale positive de la spiruline

Serait-il possible de mettre fin à la malnutrition dans les pays du Sud à l'aide d'un produit de luxe considéré comme un super-aliment dans les pays du Nord? Antenna Technologies France y croit. L'ONG estime en effet que la spiruline, une micro-algue « aux propriétés exceptionnelles…

Lire plus ›

Dossier spécial: Entrevue exclusive de la ministre Marie-Claude Bibeau

Depuis le 4 novembre, le Canada a une nouvelle ministre du Développement international et de la Francophonie : Marie-Claude Bibeau. Sans Frontières s'est entretenue avec celle qui a commencé sa carrière à l'Agence canadienne de développement international (ACDI), entre autres au Maroc…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 
 
 

Menu de navigation 2