Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo : Facebook/ Pierrot Men)

Témoignage: Clowns Sans Frontières

« Heureusement, j’avais un objectif et la sensation d’être utile »

Manon Cruz

Sébastien Genebes a été responsable artistique d’un projet de l’association pour le droit à l’enfance Clowns Sans Frontières à Madagascar en 2015. Il a raconté à Sans Frontières les appréhensions qui l’habitaient au moment d’accepter sa toute première mission, ainsi que ses observations une fois arrivé sur le terrain.

Le sida. Ce mot vous glace. Son bilan mortel, lui, continue de s’alourdir dans plusieurs pays. Sébastien Genebes, artiste de rue français et membre Clown Sans Frontières, le savait avant d’accepter sa première mission à Madagascar, il y a trois ans. L’homme de 45 ans ne nie pas les nombreuses appréhensions qui l’ont submergé lorsqu’on lui a présenté le projet. « Les habitants sont exposés à une épidémie de sida pour des raisons socioculturelles, et non pas génétiques, affirme-t-il. Il y a de la prostitution, notamment chez les enfants des rues. C’était délicat de me dire que je serais confronté à des jeunes qui subissent des pratiques sexuelles douteuses. »

Une charge émotionnelle difficile à supporter à première vue. « Il m’a fallu un temps de réflexion », confie celui qui donnait alors des spectacles dans les rues de Bordeaux. Les semaines ont défilé et la certitude des bienfaits d’une telle mission s’est cependant affirmée. « C’était tout de même intéressant d’un point de vue humain, artistique et culturel. » Il a donc accepté de partir une dizaine de jours à Madagascar à titre de responsable artistique d’un projet destiné à favoriser l’expression des enfants vulnérables par le jeu, le chant et le théâtre, et par le fait même renforcer les activités de prévention du sida.

Une fois sur place, dans la capitale malgache Tananarive, puis à Tuléar (sud), ses préjugés sont tombés. Sébastien et son équipe de quatre personnes – trois musiciens locaux et la présidente du réseau malgache de lutte contre le VIH MAD’AIDS – ne chôment pas. Tous les jours, ils rencontrent des groupes de 20 à 100 enfants. « J’ai été étonné par la simplicité du rapport avec les enfants, leur spontanéité et leur légèreté contagieuse, reconnaît l’artiste bordelais. Ils n’étaient pas tristes et malades, mais gais et extrêmement joyeux. »

Lire l'article complet

 

Dans la catégorie Numéro 36 (Déc 2017- Fév 2018)

Édito: Le pouvoir

« Il » pourrait être bon, généreux, raisonnable, juste… Sauf qu'« il » n'est souvent qu'abus, corruption, et égoïsme. « Il » soumet, donne l'illusion de la toute-puissance, écrase avec une force terrifiante et réduit au silence.

Lire plus ›

Urgence: Au cœur de la crise sociopolitique togolaise

Depuis août dernier, des villes togolaises comme Sokodé, Mango et Bafilo, où la contestation populaire contre les 50 ans de pouvoir de la famille Gnassingbé est la plus forte, sont le théâtre d'une violente répression militaire et policière. Un contexte qui rend quasi impossible le travail…

Lire plus ›

Santé: Une lueur d'espoir dans la lutte contre le virus Ebola

Les récents essais cliniques sur deux vaccins expérimentaux – réalisés notamment en collaboration avec Médecins Sans Frontières – semblent apporter une lueur d'espoir à ceux qui luttent contre le virus Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes depuis qu'une épidémie s'est…

Lire plus ›

Droits des femmes: Le théâtre social comme exutoire

« L'art social a pour rôle d'embrasser les cœurs et d'accrocher les consciences », résume le metteur en scène congolais Pascal Bukasa Oshosho. C'est le pari que font Oxfam-Québec et ses partenaires avec leur projet de co-création théâtrale destiné à lutter contre les…

Lire plus ›

 

Pour les Fêtes, élargissez vos horizons avec le Magazine Sans Frontières!

Publiée par Magazine Sans Frontières sur Jeudi 6 décembre 2018

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2