Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo : UN Photo/Martine Perret)

Santé: Une lueur d'espoir dans la lutte contre le virus Ebola

Une lueur d’espoir dans la lutte contre le virus Ebola

Gabrielle Brassard-Lecours

Les récents essais cliniques sur deux vaccins expérimentaux – réalisés notamment en collaboration avec Médecins Sans Frontières – semblent apporter une lueur d’espoir à ceux qui luttent contre le virus Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes depuis qu’une épidémie s’est déclarée en décembre 2013 dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.

Bien qu’aucun vaccin contre le virus Ebola ne soit encore homologué officiellement, une quinzaine d’entre eux seraient en cours de fabrication partout sur la planète. Ceux qui semblent les plus prometteurs à ce jour se nomment rVSV-ZEBOV et cAD3-EBOZ, développés respectivement par les laboratoires Merck aux États-Unis et au Canada et par le Centre de recherche sur les vaccins de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), en collaboration avec la firme britannique GlaxoSmithKline.

Ces deux vaccins ont fait l’objet d’un essai clinique mené sur 1500 personnes à Monrovia, capitale du Liberia, l’un des pays les plus fortement touchés par l’épidémie aux côtés de la Guinée et de la Sierra Leone. Selon les résultats présentés dans l’édition d’octobre du New England Journal of Medicine, ils offrent de hauts taux de protection contre le virus. Dans le cas du rVSV-ZEBOV, 84 % des volontaires vaccinés ont développé des anticorps un mois après avoir reçu l’injection. Après un an, 80 % du groupe était toujours protégé. Avec le vaccin cAD3-EBOZ, « 71 % des patients vaccinés avaient développé les molécules indispensables au système immunitaire un mois après injection […] et 64 % d’entre eux se voyaient toujours protégés », détaille l’article intitulé Phase 2 Placebo-Controlled Trial of Two Vaccines to Prevent Ebola in Liberia.

« Cet essai clinique a fourni des informations précieuses qui sont essentielles pour le développement de ces deux vaccins potentiels contre Ebola », a confié le directeur du NIAID, Anthony Fauci, à l’Agence France-Presse cet automne. Entre autres, le fait que les vaccins ont entraîné quelques effets indésirables comme des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fièvre et de la fatigue, mais pas de symptômes aggravants.

Les tests en question ont été menés grâce à une collaboration entre différents organismes, gouvernements et laboratoires, nommée Partenariat pour la recherche sur le virus Ebola au Liberia (PREVAIL). Celui-ci a été mis sur pied en 2014 en réponse aux demandes du ministère de la Santé du Liberia et du ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis. Les récents essais cliniques ont donc été commandités par le NIAID, branche des National Institutes of Health (NIH) réunissant des scientifiques et des cliniciens américains et libériens.

Médecin Sans Frontières (MSF), qui ne travaille normalement pas avec des chercheurs, a néanmoins accepté de faire une exception et d’administrer le vaccin de façon expérimentale à un échantillon des populations affectées par l’épidémie dans le cadre de ses activités régulières en Afrique de l’Ouest. L’ONG voit dans ces potentiels nouveaux traitements un moyen efficace de contrer la propagation du virus. « MSF a choisi d’avoir un rôle actif dans les essais cliniques, étant conscients de la valeur de notre accès a un grand nombre de patients pouvant recevoir un traitement expérimental », a précisé le directeur médical des opérations contre les épidémies d’Ebola en Afrique de l’Ouest, Dr Bertrand Draguez, sur le site web de l’organisation.

Lire l'article complet

 

Dans la catégorie Numéro 36 (Déc 2017- Fév 2018)

Édito: Le pouvoir

« Il » pourrait être bon, généreux, raisonnable, juste… Sauf qu'« il » n'est souvent qu'abus, corruption, et égoïsme. « Il » soumet, donne l'illusion de la toute-puissance, écrase avec une force terrifiante et réduit au silence.

Lire plus ›

Urgence: Au cœur de la crise sociopolitique togolaise

Depuis août dernier, des villes togolaises comme Sokodé, Mango et Bafilo, où la contestation populaire contre les 50 ans de pouvoir de la famille Gnassingbé est la plus forte, sont le théâtre d'une violente répression militaire et policière. Un contexte qui rend quasi impossible le travail…

Lire plus ›

Droits des femmes: Le théâtre social comme exutoire

« L'art social a pour rôle d'embrasser les cœurs et d'accrocher les consciences », résume le metteur en scène congolais Pascal Bukasa Oshosho. C'est le pari que font Oxfam-Québec et ses partenaires avec leur projet de co-création théâtrale destiné à lutter contre les…

Lire plus ›

Solidarité: Des vidéos inspirantes pour inciter à l'action

Les « héros » du Projet Imagine sont des gens qui agissent pour le bien commun ; des citoyens qui ont identifié une problématique de société et qui ont décidé d'y remédier par l'action. En diffusant à grande échelle leur portrait filmé, l'ONG fondée par la journaliste…

Lire plus ›

 

Pour les Fêtes, élargissez vos horizons avec le Magazine Sans Frontières!

Publiée par Magazine Sans Frontières sur Jeudi 6 décembre 2018

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2