Niveau du haut

Le magazine international de référence depuis 2008!

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo : Unsplash / Markus Spiske)

Politique: les Verts européens face aux dilemmes du pouvoir

Par Jean-François Venne

Le pouvoir, on le veut ou pas ? Et si oui, avec qui le partage-t-on et pour en faire quoi ? Ces questions se posent avec acuité dans les partis verts de l’Europe de l’Ouest et du Nord, devenus familiers des coalitions gouvernementales et qui rêvent maintenant de présidence et de chancellerie.

Comme c’est le cas pour toutes les familles politiques, des courants idéologiques contradictoires cohabitent au sein des formations écologistes européennes. « Une tendance radicale vise un changement de système économique, détaille Caroline Close, chercheuse au Centre d’étude de la vie politique à l’Université libre de Bruxelles. Cette vision s’oppose à une autre qui croit à l’élaboration de solutions technologiques pour surmonter les défis environnementaux sans bouleverser notre mode de vie. Entre les deux, une mouvance de centre gauche tente d’articuler justice environnementale et justice sociale. »

Les affrontements entre ces courants ont des impacts majeurs sur les stratégies électorales. Entre les années 1980 et 1990, par exemple, un débat féroce entre les Fundis (pour fondamentalistes) et les Realos (pour réalistes) a déchiré les Verts allemands. Les Realos souhaitaient pouvoir négocier une entente avec n’importe quel parti, de gauche comme de droite. À l’inverse, les Fundis refusaient tout pacte avec les autres formations, jugeant les programmes de ces dernières inconciliables avec les valeurs des Verts.

C’est seulement après avoir tranché ce débat que les Verts allemands, menés par les Realos, ont pu intégrer une coalition avec le Parti social-démocrate (SPD), en 1998. « C’est ce qui explique qu’aujourd’hui les Verts peuvent envisager de gouverner avec le FDP, un parti libéral aux positions très éloignées de celles des écologistes, explique Daniel Boy, directeur de recherche émérite au Centre de recherches politiques de Sciences Po. Cela serait impensable en France, où Europe Écologie Les Verts (EELV) s’est aligné sur la gauche. »

Des ententes avec la droite

La compétition électorale pose les questions du programme et de la stratégie. En devenant des partis qui aspirent au pouvoir, les Verts ont dû prendre position sur des enjeux qui ne sont pas directement reliés à l’écologie, comme l’immigration, la sécurité ou encore la réforme des retraites.

Dans les pays d’Europe de l’Est, les partis écologistes descendent souvent de mouvements agrariens ancrés dans les régions rurales et restent plus conservateurs. « En Europe de l’Ouest et du Nord, leur base électorale est constituée majoritairement de femmes, de jeunes de moins de 45 ans et de diplômés universitaires, ce qui favorise des programmes plus progressistes », souligne Caroline Close.

De manière générale, ces formations adoptent les positions de la gauche sur les enjeux sociétaux comme les droits des LGBTQ+, l’avortement et l’immigration. « C’est moins clair lorsqu’il s’agit d’enjeux économiques comme les retraites ou le salaire minimum, au sujet desquels les partis écologistes divergent selon les pays », précise la chercheuse belge.

Pour lire l'article complet

Dans la catégorie Num. 49 (Nov 2021-Mai 2022)

Agriculture: le Sahel à l'heure de l'irrigation

Depuis 2018, le Projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au Sahel (PARIIS) s'emploie à relever le défi d'une agriculture performante et d'une irrigation adaptée dans six pays de la sous-région, soit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal…

Lire plus ›

Éditorial: Mettons les enjeux climatiques au cœur du débat public

L'humanité devra donc patienter. Certains attendront à l'air climatisé, alors que d'autres étouffent déjà. Mais au moins, reconnaissons-le, ces COP existent. Outre le désastreux bilan carbone de ces rendez-vous – pas moins de 400 jets privés ont atterri à Glasgow –, ils permettent…

Lire plus ›

Entrevue: « Ce n'est pas une question d'être présent, c'est une question de volonté politique »

La 26e Conférence des Parties signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP26) s'est déroulée du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow, au Royaume-Uni. Sans Frontières s'est entretenu avec un membre de la délégation canadienne sur place, le directeur…

Lire plus ›

Justice climatique: La nature s'invite dans les tribunaux

Justice climatique, droits de la nature, écocide… Devant l'inertie des dirigeants politiques à protéger adéquatement l'environnement, de plus en plus de citoyens et d'activistes s'en remettent aux tribunaux.

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 

Menu de navigation 2