Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo: Unicef France)

Paludisme: premier test à grande échelle pour un vaccin en Afrique

24-04-2017 dans Bonnes nouvelles

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) compte vacciner au moins 360 000 enfants africains contre le paludisme d'ici à 2020, un premier test grandeur nature pour le vaccin le plus avancé mais à l'efficacité limitée contre cette maladie qui tue chaque année des centaines de milliers d'Africains.

Ce "programme pilote", annoncé le 24 avril à Nairobi, sera mené au Kenya, au Ghana et au Malawi, trois pays ayant participé à de précédents tests à plus petite échelle du "Mosquirix" (aussi appelé RTS,S), mis au point par le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) en partenariat avec l'ONG Path malaria vaccine initiative pour protéger les enfants en bas âge.

Combiné à des méthodes de diagnostic, des traitements et des mesures de prévention éprouvés, comme les moustiquaires imprégnées de répulsif anti-moustique, "ce vaccin pourrait sauver des dizaines de milliers de vies en Afrique", a déclaré à l'AFP Matshidiso Moeti, directrice de la branche africaine de l'OMS.

L'Afrique est de très loin le continent le plus touché par le paludisme, comptant pour 92% des 429 000 personnes tuées dans le monde en 2015 par cette maladie transmise par des moustiques et également appelée malaria, selon des chiffres de l'OMS.

Les enfants de moins de cinq ans représentent plus des deux tiers de ces décès.

De 2018 à 2020, l'OMS ambitionne de vacciner 120 000 enfants de moins de deux ans dans chacun des pays sélectionnés pour ce projet pilote. Seront prioritaires les zones les plus touchées par cette maladie, caractérisée par des épisodes cycliques de fièvre plus ou moins graves pouvant notamment être accompagnés de diarrhées, vomissements ou maux de tête.

Le Mosquirix, qui avait reçu en juillet 2015 un avis positif de l'Agence européenne du médicament (EMA), agit contre le plasmodium falciparum, la variante la plus mortelle du parasite responsable du paludisme, mais il ne garantit pas une immunisation.

Selon des tests menés de 2009 à 2014 sur 15 000 personnes au Kenya, au Ghana, au Malawi, au Burkina Faso, au Gabon, au Mozambique et en Tanzanie, il permet surtout de réduire de 40% le nombre d'épisodes paludiques, principalement les épisodes "graves" nécessitant une hospitalisation, a expliqué à l'AFP Mary Hamel, responsable pour l'OMS de la coordination du programme de vaccination antipaludique.

En 2015, 114 millions de personnes au total étaient infectées par le parasite du paludisme en Afrique sub-saharienne. L'objectif de l'OMS est de réduire le nombre de personnes tuées par la malaria de 90% en 2030 par rapport aux 429 000 enregistrées en 2015. 

(Source: L'Obs)

Dans la catégorie Bonnes nouvelles

Prix Nobel de la paix:Denis Mukwege, gynécologue congolais, et Nadia Murad, militante yézidie, récipiendaires

5-10-2018 dans Bonnes nouvelles
Le prix Nobel de la paix a été attribué, le 5 octobre, au gynécologue congolais Denis Mukwege et à la militante yézidie Nadia Murad, ex-esclave de l'organisation Etat islamique (EI), « pour leurs efforts pour mettre fin à l'emploi des violences sexuelles en tant qu'arme de guerre…

Lire plus ›

Le Magazine Sans Frontières s'associe avec l'Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

17-09-2018 dans Bonnes nouvelles
La rédaction du magazine Sans Frontières est fière de vous annoncer son partenariat avec l'Institut d'études internationales de Montréal (IEIM). Cette union de forces ne pourra être qu'enrichissante pour vous, lecteurs, car à la fois le magazine et l'Institut s'engagent à…

Lire plus ›

Nigeria :183 enfants, enlevés par Boko Haram, libérés

10-07-2018 dans Bonnes nouvelles
Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'est félicité le 9 juillet de la libération de 183 enfants par les forces armées nigérianes, à Maiduguri, dans l'Etat de Borno, au nord-est du Nigeria.

Lire plus ›

Nigeria : 76 écolières de Dapchi libérées

22-03-2018 dans Bonnes nouvelles
Les autorités nigérianes ont annoncé la libération de 76 écolières de Dapchi (État de Yobe) le 21 mars, après un mois de captivité au sein de Boko Haram. Parmi les 110 jeunes filles de 10 à 18 ans enlevées le 19 février dernier, certaines seraient décédées.

Lire plus ›

 

Pour les Fêtes, élargissez vos horizons avec le Magazine Sans Frontières!

Publiée par Magazine Sans Frontières sur Jeudi 6 décembre 2018

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2