Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo: UNICEF / Ashley Gilbertson VI)

Nigéria : hausse des attaques-suicides impliquant des jeunes filles selon l'UNICEF

22-08-2017 dans Droits de l'homme

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'est déclaré le 22 août vivement préoccupé par l'augmentation du nombre d'enfants impliqués dans des attaques-suicides dans le nord-est du Nigéria.

L'agence onusienne note que les enfants ont été utilisés à plusieurs reprises de cette façon ces dernières années. Et le nombre d'attaques-suicides impliquant des enfants est déjà quatre fois plus élevé que pour l'ensemble de l'année dernière.

Depuis le 1er janvier 2017, 83 attaques-suicides impliquant des enfants ont été signalées. Parmi ces kamikazes, 55 étaient des filles et le plus souvent âgées de moins de 15 ans alors que 27 jeunes garçons sont les auteurs d'autres attentats à la bombe.

L'UNICEF rappelle même que l'une des attaques-suicides a impliqué un bébé attaché à une fille.

Dans ces conditions, l'agence onusienne qualifie « d'atrocité » une telle utilisation des enfants. Pourtant, « ils ne sont pas les auteurs de ces attentats mais les principales victimes », avertit l'UNICEF.

Une façon de rappeler que ce ne sont pas ces enfants qui sont à l'origine de ces attaques mais ces derniers sont utilisés de la pire manière par des adultes. Le groupe armé djihadiste plus connu sous le nom de Boko Haram a parfois, mais pas toujours, revendiqué la responsabilité de ces attaques qui visent la population civile.

Dans tous les cas, l'UNICEF a dénoncé cette utilisation calculée et cruelle d'enfants lors de ces attentats à la bombe qui a fini par créer une atmosphère de peur et de suspicion ayant des conséquences désastreuses pour les enfants qui ont survécu à la captivité et aux violences sexuelles aux mains de Boko Haram.

« En conséquence, de nombreux enfants qui ont réussi à s'éloigner de la captivité font face au rejet lorsqu'ils essaient de se réintégrer dans leurs communautés, aggravant leurs souffrances », note l'UNICEF.

Ces atrocités ont aggravé une situation humanitaire déjà très préoccupante. Environ 1,7 million enfants ont été déplacés par le conflit au nord-est du pays, dont 85% dans l'État de Borno où ont eu lieu la plupart de ces attaques-suicides.

Cette partie du Nigeria est l'une des régions parmi les quatre pays (en plus de la Somalie, du Soudan du Sud et du Yémen) menacés de sombrer dans la famine. En attendant, jusqu'à 450 000 enfants sont menacés de malnutrition aiguë sévère dans le nord-est du Nigéria.

(Source: ONU)

Dans la catégorie Droits de l'homme

Libye: l'ONU dénonce les conditions de détention des migrants

14-11-2017 dans Droits de l'homme
Dans un communiqué rendu public à Genève, le Haut-Commissaire a jugé « inhumaine » la coopération de l'Union européenne (UE) avec la Libye pour endiguer le flux de migrants en Méditerranée.

Lire plus ›

Kenya: la police contredit les ONG

16-10-2017 dans ONG en Afrique
Human Rights Watch et Amnesty International ont conjointement indiqué le 15 octobre qu'au moins 30 personnes ont perdu la vie du fait des violences policières au cours des récentes manifestations dans le pays.

Lire plus ›

Burundi: une ONG saisit la CPI pour de nombreuses disparitions

12-09-2017 dans ONG en Afrique
Le 30 août, l'ONG burundaise Forum pour la conscience et le développement (Focode) a saisi la Cour pénale internationale (CPI) afin qu'elle engage des poursuites contre les auteurs de centaines de disparitions dans ce pays en crise.

Lire plus ›

Kenya: répression policière dénoncée par HRW

28-08-2017 dans Droits de l'homme
L'élection présidentielle du 8 août au Kenya a été marquée par de «graves violations des droits humains», a dénoncé le 28 août Human Rights Watch (HRW). L'ONG accuse la police d'avoir recouru à un « usage excessif de la force » contre des partisans de l'opposition.

Lire plus ›

Menu secondaire

 

 

Menu de navigation 2