Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo UNICEF/Roger LeMoyne)

Haïti : le mensonge de l'ONU face au scandale du choléra

27-10-2016 dans ONU

Un rapporteur des Nations unies a qualifié le 26 octobre de nouveau « Watergate » le mensonge de l'ONU, qui a refusé de reconnaître sa responsabilité dans l’importation du choléra sur l’île en 2010.

Dans son rapport présenté à l’ONU, Philip Alston, professeur de droit à l’université de New York et rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’Homme, a qualifié de « honte » et de « déni explicite et complet » de l’organisation quant à sa responsabilité dans la propagation du choléra en Haïti il y a six ans.

Il a déclaré à France 24 : « La situation est très claire : l’ONU est responsable de l’importation du choléra en Haïti, mais la position officielle adoptée a été de dire : 'Nous ne sommes pas coupables'. C’est un scandale du niveau du Watergate de mon point de vue ».

L’épidémie, qui sévit toujours en Haïti, est réapparue en 2010, pour la première fois depuis 100 ans, peu de temps après le tremblement de terre de janvier qui avait dévasté le pays, faisant des dizaines de milliers de morts. L’ONU avait attribué l’expansion de l’infection sur l’île à une « combinaison de facteurs », alors que de nombreuses études scientifiques indiquaient que la maladie avait été importée par une équipe de casques bleus népalais de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation d'Haïti), qui en étaient porteurs.

D’après Philip Alston, l’épidémie n’a été provoquée que par un seul « facteur », « les excréments de ces casques bleus népalais, qui sont arrivés [en Haïti] avec le choléra, et qui ont été jetés dans une rivière ».

Ces révélations interviennent alors que l’ONU prévoit le déblocage d’une enveloppe de 400 millions de dollars pour aider les victimes actuelles de l’épidémie de choléra qui s’est répandue après l’ouragan Matthew. Une enveloppe qui dépend toutefois de la capacité de l’ONU à convaincre les donateurs sollicités de participer à l’aide financière.

L’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, avait reconnu en août que l’ONU avait « une responsabilité morale vis-à-vis des victimes » et se devait « d'aider Haïti à surmonter l'épidémie et à construire des systèmes sanitaires et de santé solides ».

Mais l’ONU n’a jamais reconnu sa responsabilité juridique et a toujours invoqué son droit à l’immunité dans le but de se prémunir d’éventuelles poursuites de la part des victimes haïtiennes qui demanderaient des compensations.

Philip Alston accuse notamment le Bureau des affaires juridiques d’avoir élaboré « un argument juridique clairement artificiel et totalement infondé pour éviter à l’organisation d’assumer sa responsabilité ». Selon lui, l’ONU n’aurait pas dû utiliser son droit à l’immunité pour se soustraire au litige.

L’épidémie a tué plus de 9 000 Haïtiens.

(Source : Avec France 24)

Mots-clés : mensonge , choléra , watergate , onu , haïti , scandale

Dans la catégorie ONU

3 mai 2019: la liberté de la presse à l'heure de la désinformation

3-05-2019 dans Amériques
Cette année c'est Addis-Abeba, en Ethiopie, qui a été choisie pour représenter la capitale de la liberté médiatique. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et la cheffe de l'UNESCO, Audrey Azoulay, ont appelé conjointement le 2 mai à défendre les droits des journalistes…

Lire plus ›

Mozambique: le cyclone Kenneth a fait 38 morts et détruit 35 000 maisons

30-04-2019 dans Afrique
« Selon les rapports du gouvernement, au moins 38 personnes sont mortes au Mozambique et au moins quatre aux Comores après le cyclone »

Lire plus ›

Soudan du Sud: viols et violences sexuels sont monnaie courante selon l'ONU

21-02-2019 dans Afrique
« Les viols, les viols collectifs, les mutilations sexuelles, les enlèvements et l'esclavage sexuel, ainsi que les meurtres, sont devenus monnaie courante au Soudan du Sud.»

Lire plus ›

Venezuela : près de 40 morts en une semaine lors des manifestations

30-01-2019 dans Amériques
Les violences ont fait au moins 40 morts au cours de la semaine écoulée au Venezuela, dont 26 victimes de tirs des forces pro-gouvernementales, a déclaré le 29 janvier le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

Lire plus ›

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2