Niveau du haut

Le magazine international de référence depuis 2008!

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo: Staff Sgt. Shane Hamann / Domaine public)

Géopolitique: Les États-Unis tirent leur révérence en Afghanistan

Par Florent Maiorana

Joe Biden a récemment promis que les troupes armées américaines auront quitté l’ensemble du territoire de l’Afghanistan d’ici le 11 septembre prochain, une date lourde de sens à l’approche du 20e anniversaire des attentats les plus meurtriers de l’histoire des États-Unis. Que cela signifie-t-il pour les relations entre les deux pays, mais aussi pour la population afghane ?

L’annonce est survenue quelques semaines après que l’administration Biden a démenti la possibilité de retirer tous les soldats américains avant le 1er mai, tel que conclu dans l’accord signé à Doha en février 2020 entre l’ancien président, Donald Trump, et les talibans. Ces derniers ont conquis quasiment l’entièreté du territoire afghan de 1996 à 2001 en vue d’y imposer la charia. L’intervention des Américains et de leurs alliés — les Britanniques, par exemple — a permis de reprendre le contrôle de cet État d’Asie centrale au profit d’un gouvernement élu démocratiquement en 2004.

L’effectif militaire américain en Afghanistan a grandement varié au fil des années. De 100 000 soldats au plus fort de la crise, en 2010, ce nombre est descendu à 2500 depuis janvier dernier, selon l’Agence France-Presse.

« J’ai conclu que l’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique. Il est temps que les troupes américaines rentrent à la maison », a déclaré Joe Biden lors d’une allocution à la Maison-Blanche, le 14 avril dernier. Le quatrième président des États-Unis en poste depuis le déclenchement du conflit souhaite collaborer avec les institutions afghanes dans le but de quitter le pays « de manière sécuritaire et réfléchie ».

Après avoir laissé présager un départ d’ici 2022, Joe Biden a finalement choisi une date butoir symbolique : le 11 septembre 2021. Ce jour-là, 20 ans se seront écoulés depuis le détournement et l’écrasement de quatre avions de ligne dans un champ de la Pennsylvanie, sur le Pentagone à Washington et sur les tours jumelles du World Trade Center à New York, causant la mort de près de 3000 personnes.

« Ce triste anniversaire sera l’occasion de rendre hommage aux victimes et de tourner la page sur une guerre impopulaire, coûteuse et sans résultats », résume David Dubé, chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Près de 65 000 civils sont morts, ainsi qu’environ 3000 soldats de plusieurs origines, dont les deux tiers provenaient des États-Unis.

Pour lire la suite de l'article

Dans la catégorie Num. 48 (Juin-Oct. 2021)

Entrevue: Le monde en 2040 vu par la CIA

Si certains voyaient dans la pandémie actuelle un nuage ponctuel qui finira par se dissiper et laisser place à un avenir planétaire plus radieux, mieux vaut pour eux ne pas prendre connaissance du nouveau rapport prospectif de la Central Intelligence Agency (CIA) américaine, Le monde en 2040 vu…

Lire plus ›

COVID-19: Quel État après la crise ?

La pandémie redonne du lustre au rôle de l'État dans les sociétés occidentales et porte un coup dur à ceux qui depuis les années 1980 rêvent de le voir réduit à sa plus simple expression. Reste à déterminer quelle dynamique s'enclenchera après cette longue crise sanitaire.

Lire plus ›

Éditorial: Gracias Luna par Zora Ait El Machkouri

À quoi bon crier victoire sur une terrasse à Montréal ou à Paris quand Mumbai accélère la cadence de ses crémations ? L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dénoncé le 19 mai « l'énorme fossé qui se creuse » entre les différentes parties du globe. Elle demande à l'industrie…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 
 
 

Menu de navigation 2