Niveau du haut

Le magazine international de référence depuis 2008!

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo: Présidence de la République de Turquie)

Géopolitique: la Turquie bombe le torse

Par Jean-François Venne

La Turquie de Recep Tayyip Erdoğan gonfle ses biceps au Moyen-Orient et n’hésite pas à multiplier les interventions musclées sur le terrain, au risque d’irriter ses alliés traditionnels. Simple recherche d’autonomie ou tentation impérialiste ? Trois experts se prononcent.

Fin septembre, la Turquie a rapidement secouru l’Azerbaïdjan lorsque le conflit armé contre l’Arménie a repris dans la zone contestée du Haut-Karabakh. Elle y aurait notamment envoyé plus de 1 500 mercenaires syriens, selon plusieurs ONG, dont l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Une stratégie déjà utilisée avec succès en Libye depuis l’an dernier pour soutenir le gouvernement d’unité nationale (GNA) contre le maréchal Khalifa Haftar.

L’Azerbaïdjan ne constitue que le plus récent théâtre d’une intervention forte de la Turquie dans cette région. Elle reste très engagée dans le conflit syrien, à la fois contre les Kurdes et face aux troupes de Bachar al-Assad. Les derniers mois ont vu une recrudescence des tensions avec la Grèce en mer Méditerranée orientale, sur fond de recherche de gaz naturel. Tout cela sans compter les bombardements et offensives terrestres contre le Parti des travailleurs du Kurdistan dans le nord de l’Irak.

Certains analystes voient dans cette hyperactivité une ambition de retrouver la grandeur passée de l’Empire ottoman – le néo-ottomanisme. Une vision à laquelle n’adhère pas Didier Billion, directeur adjoint de l’Institut de relations Internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient. « L’impérialisme suppose une volonté de conquête territoriale et d’expansion que n’a pas la Turquie », juge-t-il.

Pour lui, les nombreuses aventures turques à l’étranger seraient en partie à mettre sur le compte de la personnalité du président Recep Tayyip Erdoğan. « Il est très réactif, estime M. Billion. Il saisit les opportunités, parfois avec succès comme en Libye où son intervention a contribué à redonner le haut du pavé au GNA. Mais ce n’est pas un stratège qui pense à long terme. »

Chris Kilford, directeur du Conseil international du Canada (CIC), ne voit pas lui non plus de grand dessein impérialiste dans les actions turques. « Le pays a plutôt été aspiré dans les nombreux conflits qui agitent ses voisins et dans lesquels il a des intérêts », croit cet ancien attaché militaire du Canada en Turquie (2011-2014).

Lire l'article complet

Dans la catégorie Num. 47 (Nov 2020-Mai 2021)

Éditorial: Incertitudes… mais tout n'est pas perdu

24-11-2020 dans Num. 47 (Nov 2020-Mai 2021)
Dans le brouillard de l'actualité internationale et le pessimisme qui touche presque toutes les sphères du quotidien, des histoires comme celles-ci nous permettent de croire que l'impossible est encore possible, que la pluie de négativisme ou défaitisme qui s'est abattue sur le monde…

Lire plus ›

Rendez-vous Gérin-Lajoie: Quels impacts aura la pandémie sur le commerce international?

23-11-2020 dans Num. 47 (Nov 2020-Mai 2021)
À l'occasion de sa série annuelle de conférences publiques baptisées les Rendez-vous Gérin-Lajoie, l'Institut d'études internationales de Montréal (IEIM) s'est entretenu le 6 novembre dernier avec Pascal Lamy, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce de 2005…

Lire plus ›

Photoreportage: quand l'eau ne coule pas de source

Bluefields est la capitale de la Région autonome de la Côte caraïbe Sud (RACCS) du Nicaragua, l'une des régions les plus pauvres et isolées du pays. En 2020, cette ville ne dispose toujours pas d'un réseau de distribution d'eau. Malgré un climat extrêmement humide et des pluies diluviennes…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 
 
 

Menu de navigation 2