Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo : Future of the Ocean)

Environnement : Les bioplastiques, "une fausse solution"

Huit millions de tonnes de déchets plastiques se déversent dans les océans chaque année, portant à 80% la proportion des déchets marins issus de cette matière, estime le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Plusieurs pays africains tentent de lutter contre cette pollution en interdisant les omniprésents sacs plastiques. Au Gabon, ils ont été remplacés par des modèles oxodégradables…qui ne font pas non plus l’unanimité.

Par Nelly Guidici

En 2005, trois ans avant que le Rwanda ne devienne le premier pays du continent à interdire l’utilisation, la fabrication et l’importation de sacs plastiques, H2O Gabon voyait le jour dans la ville côtière de Port-Gentil. Par ses représentations auprès des maires de Port-Gentil et de Libreville — la capitale —, l’ONG a ensuite joué un rôle central dans la mise en place de la loi interdisant « l’usage et l’importation de sachets plastiques non recyclables » à partir du 1er juillet 2010.

Son président, Henri Michel Auguste, se montre toutefois critique. « Les autorités ne sont pas allées jusqu’au bout de notre raisonnement, déplore-t-il. Nous avions souhaité que notre pays passe aux sacs biodégradables et compostables, et non aux oxodégradables, qui sont une hérésie écologique. »

En effet, le gouvernement a choisi comme substitut « écologique » un type de plastique auquel est ajouté un additif qui attaque sa chaîne moléculaire, et en accélère donc la fragmentation. « Le fractionnement des sacs, de macroparticules à microparticules, est un danger pour notre santé, fait valoir M. Auguste. Avec le vent, ces microparticules deviennent volatiles, et respirer du plastique n’est pas bon pour l’être humain. Dans cette matière que l’on appelle “oxo”, il n’y a pas de biodégradabilité. »

La position d’H2O Gabon rejoint en partie celles d’ONG européennes qui voient les bioplastiques comme « une fausse solution », dont Surfrider Foundation Europe. Pour Diane Beaumenay, chargée de mission déchets aquatiques au sein de cette association de protection et de mise en valeur des lacs, rivières et océans, des informations trompeuses sont diffusées à leur sujet. « Les soi-disant “bioplastiques” contiennent 30 % d’éléments biosourcés et 70 % d’éléments chimiques issus du pétrole, déclare-t-elle. Résultat : on trompe le consommateur, qui croit être vertueux et ne se doute pas que le sac biodégradable qu’on lui propose va polluer l’environnement. » Selon Mme Beaumenay, il n’y a pas à l’heure actuelle sur le marché de plastiques biosourcés à 100 %, et donc biodégradables.

Pour lire l'article complet, cliquez ici

Dans la catégorie Numéro 37 (Mars-Mai 2018)

Dossier spécial: La vague #MeToo percute les ONG

Le monde de l'humanitaire et de la coopération internationale est sous le choc depuis quelques semaines. Des cas d'inconduites sexuelles au sein de l'équipe d'Oxfam Grande-Bretagne en Haïti, en 2011, ont été révélés par la presse britannique. Les grandes organisations internationales…

Lire plus ›

Dossier spécial: Sexe contre nourriture

Les nombreux centres pour migrants et réfugiés sont aussi le théâtre de différentes violations des droits humains. D'abord en Syrie, où une enquête de la BBC a révélé le 27 février que des femmes ont été exploitées sexuellement par des employés des agences des Nations et d'organisations…

Lire plus ›

Dossier spécial: Point de vue d'expert

Dans un contexte de catastrophe humanitaire, quand l'État de droit est anéanti ou affaibli, quelles peuvent être les protections juridiques destinées aux plus vulnérables ?

Lire plus ›

Dossier spécial: Quelles pistes de solutions

Selon leurs communiqués, la plupart des grandes ONG s'accordent à vouloir renforcer leurs mécanismes et leurs pratiques afin de lutter de manière plus adéquate contre les inconduites et les abus sexuels de leurs membres. C'est d'ailleurs ce qu'a exigé la secrétaire d'État…

Lire plus ›

 

Pour les Fêtes, élargissez vos horizons avec le Magazine Sans Frontières!

Publiée par Magazine Sans Frontières sur Jeudi 6 décembre 2018

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2