Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

Nadine Girault, Ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie

Entrevue: Quelle vision internationale pour le Québec?

Dès sa nomination, il y a un peu plus d’un an, la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a été avertie par le premier ministre François Legault : l’action provinciale à l’international, tout comme celle du réseau de ses représentations à l’étranger, devra prendre un virage économique. C’est exactement ce qui ressort de la Vision internationale du Québec rendue publique à la Montréal 29 novembre. À cette occasion, Sans Frontières a interrogé la ministre sur la place qu’occupent la solidarité et la coopération internationales au sein des nouvelles priorités gouvernementales.

Propos recueillis par Benoîte Labrosse

Vous présentez cette Vision internationale, intitulée Le Québec : fier et en affaires partout dans le monde !, comme une « mise à jour » de la Politique internationale provinciale adoptée en 2017. Tout un pan de cette politique portait sur la solidarité et la coopération internationales. Quelle place celles-ci occupent-elle aujourd’hui ?

Cette place demeure identique à ce que nous avons toujours fait. Le premier pilier de notre Vision, c’est notre capacité identitaire, notre langue, notre culture. Pour reprendre l’image d’une maison, c’est là notre fondation, ce que nous faisons depuis 50 ans à l’international. Là où la fondation est très solide, nous allons rajouter un deuxième étage économique, mais l’étage diplomatie d’influence demeure. Il ne faut pas oublier que dans certains pays, la fondation n’est pas encore tout à fait prête et que nous sommes en train de la travailler. Dans d’autres, elle n’est même pas encore creusée.

À quoi les organismes de solidarité et de coopération internationales locaux peuvent-ils s’attendre comme changements à la suite du virage économique de l’action québécoise à l’étranger ?

Ça ne change rien pour eux. Ça demeure la base de notre travail : nous allons utiliser la solidarité et la coopération comme leviers dans les endroits où nous avons la capacité de leur faire pour ajouter un « étage » économique. L’économie devient un focus alors qu’elle ne l’était pas, mais nous continuons à exercer notre diplomatie d’influence. Et il y a des pays où les gens veulent que nous parlions d’économie avec eux : ils ont fait de la coopération et de la solidarité, mais nous y sommes rendus à un autre niveau.

Le programme de solidarité internationale réservé aux 18-35 ans Québec Sans Frontières (QSF), fêtera ses 25 ans en 2020. Quelle place lui accordez-vous dans la nouvelle Vision ? Et doit-on s’attendre à ce que les projets de coopération offerts aux jeunes prennent eux aussi un virage plus économique ?

Lire l'entrevue complète

Dans la catégorie Numéro 44 (Déc 2019-Fév 2020)

Éditorial: Les indignés se font entendre

Indignez-vous ! interjetait le diplomate et militant français Stéphane Hessel dans son désormais célèbre essai paru en 2010, qui reprenait l'idée d'engagement personnel comme moyen de lutter, entre autres, contre les inégalités socioéconomiques. L'ancien résistant, disparu en…

Lire plus ›

Point de vue: Iran et Arabie saoudite, un jeu à somme nulle ?

Les relations entre les deux puissances musulmanes imposantes de la région du Golfe que sont l'Iran et l'Arabie saoudite sont traversées par l'entrechoquement de leurs visions de soi et de leurs légitimités doctrinales et idéologiques. Elles sont en outre animées par leur course sectaire…

Lire plus ›

Droits de la femme en Côte d'Ivoire: Apprendre à dire « J'ai le droit ! »

Les Objectifs de développement durable des Nations unies, surnommés l'Agenda 2030, reconnaissent l'importance de garantir l'égalité d'accès des femmes et des filles à un travail décent et à la représentation dans les processus de prise de décisions politiques et économiques…

Lire plus ›

Santé: Accéder à l'avortement aux États-unis

Les restrictions à l'accès à l'avortement aux États-Unis se multiplient depuis le début des années 2000. Face à cette volonté accrue de contrôle du corps des femmes par les politiques étatiques, des groupes développent des outils pour limiter les impacts de ces obstacles, de plus…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 
 
 

Menu de navigation 2