Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

Zora Ait El Machkouri - Directrice de l'information

Éditorial: Les indignés se font entendre

Indignez-vous ! interjetait le diplomate et militant français Stéphane Hessel dans son désormais célèbre essai paru en 2010, qui reprenait l’idée d’engagement personnel comme moyen de lutter, entre autres, contre les inégalités socioéconomiques. L’ancien résistant, disparu en 2013, aurait probablement un mot à dire sur la conjoncture mondiale du tournant de la décennie.

Il se passe en effet quelque chose.

De manière organisée ou anarchique, les indignés prennent la rue, qu’elle soit hongkongaise, chilienne, iranienne, guinéenne, colombienne ou encore algérienne. Sans réel dénominateur commun – mis à part la volonté d’exprimer un désaccord avec le pouvoir en place – se dessine tout de même le visage de la révolte contre l’injustice au sens large.

Hausse du prix de l’essence ou du ticket de métro, imposition d’une taxe jugée arbitraire ou modification discrétionnaire de la Constitution… Les étincelles qui ont allumé les contestations tiennent plus d’un « prétexte » à l’expression généralisée d’un ras-le-bol des classes dirigeantes et des pouvoirs en place ainsi que, dans certains cas, de la corruption systémique.

Le Bureau des Nations unies aux droits de l’homme insiste d’ailleurs sur le fait que les protestations en cours sont avant tout « le signe de griefs profondément enracinés et souvent fondés, qui ne peuvent être simplement écartés ».

Mais si de tels mouvements ont réussi à enfler jusqu’à faire reculer certains gouvernements sur des projets de loi contestés comme ce fut le cas en Équateur ou au Liban, c’est aussi grâce à l’utilisation stratégique des réseaux sociaux par les manifestants. Souvent décriés – y compris dans cette page éditoriale – pour leur rôle dans la propagation des fausses nouvelles et du populisme ambiant, ceux-ci s’avèrent plutôt, ici, être des vecteurs permettant aux protestataires de s’organiser, de se donner rendez-vous, de renseigner et d’informer. Parfois au nez et à la barbe des autorités qu’ils contestent.

L’utilisation des réseaux sociaux à titre subversif en fait des outils essentiels d’émancipation. L’insurrection locale devient virale et mondiale. Elle ne relève plus d’une idée farfelue et idéaliste.

Certains décideurs l’ont compris. En Iran, dès les premiers soubresauts de la rue, le réseau Internet a été coupé durant une semaine afin d’étouffer dans l’œuf ce qui semblait devenir une contestation majeure du régime en place. Et au moment d’écrire ces lignes, des vidéos émergent montrant les autorités iraniennes ayant recours à la force excessive contre les manifestants.

Bien loin des recommandations de la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui enjoint les dirigeants à « investir dans le dialogue et dans la cohésion sociale, avant qu’il ne soit trop tard ». Car la répression immédiate d’un tel mouvement ne fera à long terme que le renforcer. Et de nombreux indignés le paieront nécessairement de leur vie.

Effet domino ou effet papillon, l’année 2019 qui s’achève n’a fait qu’exposer les balbutiements de tremblements sociaux qui réveilleront – sans aucun doute – la conscience d’autres populations dont la dignité est injustement bafouée.

Et comme il le fait depuis maintenant plus d'une décennie, Sans Frontières s’emploiera en 2020 à vous les relater le plus rigoureusement et objectivement possible.

Zora Ait El Machkouri
Directrice de l’information

Pour télécharger le magazine

 

Dans la catégorie Numéro 44 (Déc 2019-Fév 2020)

Point de vue: Iran et Arabie saoudite, un jeu à somme nulle ?

Les relations entre les deux puissances musulmanes imposantes de la région du Golfe que sont l'Iran et l'Arabie saoudite sont traversées par l'entrechoquement de leurs visions de soi et de leurs légitimités doctrinales et idéologiques. Elles sont en outre animées par leur course sectaire…

Lire plus ›

Entrevue: Quelle vision internationale pour le Québec?

Dès sa nomination, il y a un peu plus d'un an, la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a été avertie par le premier ministre François Legault : l'action provinciale à l'international, tout comme celle du réseau de ses représentations…

Lire plus ›

Droits de la femme en Côte d'Ivoire: Apprendre à dire « J'ai le droit ! »

Les Objectifs de développement durable des Nations unies, surnommés l'Agenda 2030, reconnaissent l'importance de garantir l'égalité d'accès des femmes et des filles à un travail décent et à la représentation dans les processus de prise de décisions politiques et économiques…

Lire plus ›

Santé: Accéder à l'avortement aux États-unis

Les restrictions à l'accès à l'avortement aux États-Unis se multiplient depuis le début des années 2000. Face à cette volonté accrue de contrôle du corps des femmes par les politiques étatiques, des groupes développent des outils pour limiter les impacts de ces obstacles, de plus…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 
 
 

Menu de navigation 2