Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

Zora Ait El Machkouri, Directrice de publication du magazine Sans Frontières

Éditorial: L'expertise québécoise et le nouvel ordre mondial

Les perspectives internationales n’ont jamais été aussi ombrageuses – pour ne pas dire orageuses – depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’optimiste contemporain, s’il existe encore, ne s’appuie probablement pas sur une vision globale des forces et des enjeux géopolitiques qui se jouent aux quatre coins de la planète. La multiplication des facteurs de risque laisse en effet présager de nécessaires changements de paradigmes, qu’ils soient environnementaux ou de gouvernance politique, économique, démographique… Reste à savoir de quel côté la balance va pencher. Et encore faut-il qu’il n’y ait que deux côtés possibles.

Les modèles de lecture du monde jusqu’ici connus ne résistent pas à l’abondance de contextes et de cultures présents sur chaque continent, et ne pas le voir serait s’aveugler volontairement. Une tendance commune tend cependant à se généraliser : le repli sur soi comme mécanisme de défense face au monde mouvant. Un acte qui englobe intrinsèquement le rejet de l’autre, se faisant le lit des inégalités. Ironiquement, cette volonté de s’isoler trouve écho sur les réseaux sociaux, qui participent à son s’amplification. Ainsi, les libertés et droits fondamentaux viennent s’effriter chaotiquement sur le roc de l’individualisme et du renoncement aux valeurs universelles, qui se solidifie chaque jour.

Nous sommes aujourd’hui dans un monde qui tombe en ruines. Tout est à réinventer. Et malheureusement, ce sont les tendances populistes et extrémistes qui tirent leur épingle du jeu en agitant un épouvantail apocalyptique, au détriment des forces progressistes.

Il ne s’agit pas là de trouver un remède miracle aux maux contemporains. L’humanité est assez vieille pour comprendre que l’histoire a la fâcheuse tendance de se répéter. L’essentiel est ici d’apprendre à lire ce qui nous entoure au-delà de ce qui nous touche directement, de tenter de développer une grille de lecture et de compréhension pour éviter de renoncer à vouloir déchiffrer le monde et de s’en isoler à son tour.

Renoncer à s’informer est en effet la voie de la facilité face à l’effort de s’ouvrir et d’essayer de saisir les subtilités des relations internationales. Pourtant, en termes de recherches et d’analyses des enjeux mondiaux, le Québec n’a rien envier aux autres sociétés de savoir occidentales. Comme l’avait compris l’homme politique et de droit Paul Gérin-Lajoie, le Québec a un rôle à jouer sur la scène internationale. C’est dans cette perspective que notre partenaire, l’Institut des études internationales de Montréal (IEIM), a mis en place les Rendez-vous annuels Gérin-Lajoie afin d’approfondir la réflexion sur le rôle de cette province dans le monde. Pour cette première édition, l’IEIM a entre autres accueilli la grande juriste québécoise Louise Arbour, qui livre dans nos pages sa réflexion sur les migrations internationales.

Dans ce numéro qui leur est fièrement consacré, d’autres experts québécois nous permettent de saisir quelques bribes de la complexité du monde, notamment à des « diplomates en résidence » de l’Institut qui donnent leur vision de la puissance chinoise qui se veut omnipotente, des problématiques structurelles qui guettent Haïti et des perspectives à envisager à la suite de la seconde vague de printemps arabes. Laissons-leur de soin de nous éclairer.

Zora Ait El Machkouri
Directrice de publication

Pour recevoir le magazine

Dans la catégorie Numéro 42 (Juin-Août 2019)

Expertise québécoise: Les printemps arabes 2.0

En décembre 2010, un jeune vendeur de Sidi Bouzid en Tunisie s'immolait par le feu. Son geste a déclenché un grand mouvement de révolte au Moyen-Orient menant à la chute de quelques dictateurs, à de tragiques guerres civiles et à des interventions étrangères. En 2019, la région est plus…

Lire plus ›

Expertise québécoise: Où s'en va Haïti?

Bientôt dix ans qu'Haïti a été frappé par l'un des séismes les plus meurtriers de l'histoire de l'humanité, tuant plus de 225 000 personnes. Cette tragédie fut perçue comme une occasion unique de tout reconstruire sur de nouvelles bases. Le pays a-t-il su en profiter ?

Lire plus ›

Expertise québécoise: Comment la Chine influence l'opinion publique mondiale

Depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping en novembre 2012, la Chine est beaucoup plus présente sur la scène internationale. Elle cherche à élargir sa zone d'influence, ses marchés et ses activités pour influencer l'opinion publique, y compris en menant une campagne soutenue pour…

Lire plus ›

Entrevue: Trois questions à Louise Arbour

Le 9 mars 2017, la Québécoise Louise Arbour est nommée Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les migrations internationales. Elle a fini son mandat en décembre 2018.

Lire plus ›

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2