Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Crédit Photo: ONU/JC McIlwaine)

Éditorial: Jour de vaccin

C’est l’histoire d’une quinzaine d’enfants de moins de 5 ans qui se font vacciner contre la rougeole… Rien d’extraordinaire ici. Ce récit est banal, sans aucun intérêt médiatique s’il se déroulait à Montréal ou à Paris. Sauf qu’il se passe dans le village reculé de Nachodokopele, dans la région de Kapoeta, au Soudan du Sud… Et que sa fin est tragique.

Début mai, ces 15 bambins sont morts, car le vaccin qui était censé les protéger s’est avéré être un mélange toxique. Mal conservées, mal manipulées et mal administrées, leurs doses préventives se sont transformées en un cocktail mortel qui s’est répandu dans leurs petits corps.

Une série de facteurs humains et conjoncturels les ont ainsi condamnés. Le ministre sud-soudanais de la Santé, Riek Gai Kok, a confirmé le 2 juin à Juba que l’équipe de vaccination n’avait pas respecté les normes de sécurité approuvées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une enquête menée par un comité local en santé et des experts de l’OMS et de l’UNICEF a déterminé que les doses n’avaient pas été conservées au frais. Elles auraient dû être gardées dans un lieu sombre à une température comprise entre 2 et 8 degrés Celsius. Toutefois, il semble qu’une seule seringue ait été utilisée pendant quatre jours pour mélanger le vaccin à son diluant, ce qui a fini par contaminer les flacons.

En plus des 15 décédés, 32 autres enfants ont souffert de vomissements, de fièvre et de diarrhées parmi les 300 personnes vaccinées au cours de cette campagne. Pour ajouter à la tragédie, l’enquête nous apprend également que des enfants d’environ 12 ans figuraient parmi les agents responsables de la vaccination.

Autant de révélations troublantes, encore plus quand on sait que l’actuelle campagne de vaccination contre la rougeole cible plus de deux millions d’enfants. Une épidémie sévit en effet au Soudan du Sud depuis le début de l’année, alors que plus de 1 130 cas avaient déjà été recensés en décembre 2016 par le ministère de la Santé.

Outre la rougeole, ce pays ravagé par la guerre civile depuis 2013 fait actuellement face à une épidémie de choléra. Ses habitants vivent également une grande insécurité alimentaire allant jusqu’à la famine dans certaines régions.

À première vue, nous pourrions imputer la faute au destin, qui semble s’acharner sur le plus jeune État du monde. Mais en y regardant de plus près, toutes ces catastrophes sanitaires portent la marque de l’homme, celui qui affame son pays, qui l’entraine dans une lutte de pouvoir au prix de la vie de ses concitoyens.

Au moment d’écrire ses lignes, 7,5 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire au Soudan du Sud, et environ 3,5 millions d’entre elles ont été forcées de quitter leur domicile pour fuir les combats.

Sans compter que 15 enfants ne peuvent pas y recevoir une dose de vaccin contre la rougeole sans en mourir.

Par Zora Ait El Machkouri
Rédactrice en chef

 

Dans la catégorie Numéro 34 - Magazine humanitaire

Urgence: Une famine aux multiples visages

La famine qui s'étend actuellement du Nigeria au Yémen en passant par la Somalie et le Soudan du Sud menace plus de 20 millions de personnes. Comment répondre efficacement à cette crise d'une ampleur inédite, dont les causes et les contextes varient énormément d'une région à l'autre?…

Lire plus ›

Environnement:Guerre d'ONG au Cameroun sur fond de forêts ancestrales

Le torchon brûle depuis plus de 25 ans entre les ONG Survival International et le Fonds mondial pour la nature – mieux connu sous son acronyme anglophone WWF –concernant le Cameroun. Mais les évènements se sont accélérés en 2016, lorsque Survival a déposé une plainte contre le WWF.

Lire plus ›

Dossier Haïti: Des mois après Matthew, l'insécurité alimentaire persiste

L'ouragan Matthew a frappé les côtes haïtiennes dans la nuit de 3 au 4 octobre 2016. Malgré tous les efforts fournis depuis par les autorités nationales et l'assistance de la communauté internationale, la situation alimentaire demeure toujours alarmante dans les zones les plus affectées…

Lire plus ›

Dossier Haïti: L'or noir de Sainte-Suzanne

La deuxième Journée mondiale de l'agriculture a eu lieu le 11 juin. Pour la souligner, Sans Frontières s'est intéressé au projet de jardins-café de la communauté de Sainte-Suzanne, dans le Nord-Est d'Haïti, née de la collaboration entre le Comité de Solidarité Trois-Rivières…

Lire plus ›

 

Pour les Fêtes, élargissez vos horizons avec le Magazine Sans Frontières!

Publiée par Magazine Sans Frontières sur Jeudi 6 décembre 2018

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2