Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

Édito: Le pouvoir

Édito: Le pouvoir

« Il » est une arme redoutable.

« Il » pourrait être bon, généreux, raisonnable, juste… Sauf qu’« il » n’est souvent qu’abus, corruption, et égoïsme. « Il » soumet, donne l’illusion de la toute-puissance, écrase avec une force terrifiante et réduit au silence.

Très peu de choses sont équitablement partagées dans le monde. Malheureusement, les dégâts causés par le pouvoir le sont. Les exemples de l’universalité de sa puissance étouffante ont défrayé les manchettes ces derniers mois. Que ce soit dans le local de la photocopieuse d’une entreprise de communication au Canada, dans le bureau de direction d’un syndicat en France ou encore dans les couloirs obscurs d’un centre de détention pour migrants en Libye, « il » est un terreau fertile pour les violences faites aux femmes et aux jeunes filles, une de ses œuvres préférées.

Les agresser est facile, rapide, et si glorifiant pour l’ego – son double incestueux. Naturel et instinctif, oseront dire certains.

Heureusement, certains autres ont levé le poing et pointé un doigt sur « lui ». Une, puis deux, puis des dizaines d’enquêtes journalistiques – le vrai journalisme existe encore, alléluia ! – ont fait état de ses dérives. Réelles, destructrices, avilissantes.

Mais dans ce vacarme, certes nécessaire, utile et parfois confus, il est de notre responsabilité collective d’entendre le silence. Celui de ceux – surtout de celles – qui se taisent. Par pudeur, par culpabilité, par honte ou par incapacité d’accès aux projecteurs médiatiques. Les millions de victimes silencieuses de tous les continents, autant les plus vulnérables que les plus marginalisées.

Ces victimes qui regardent le bateau de l’indignation passer, avec son lot de vagues et de remous, mais dont on sait que les cliquetis d’agitation se feront de plus en plus sourds. C’est comme ça. Ça l’a toujours été. Le temps fait oublier les horreurs. Sinon, l’humanité n’aurait pas survécu à ses démons.

Le pire, c’est que le pouvoir semble indispensable. « Il » est la voie que les hommes ont choisie pour organiser au mieux leur contrat social. Mais comme tout ce qui les touche, « il » est corruptible et son abus devient trop souvent systématique.

Une fois décrite cette réalité, aujourd’hui impossible à nier, ne reste plus qu’à espérer un changement total de paradigmes, de volontés politiques et de modèle sociétal. Un nouvel idéal, en somme.

Voir se transformer le bourdonnement actuel en une réelle dynamique constructive.

Pour qu’« il » devienne « nous ».

Zora Ait El Machkouri 
Rédactrice en chef 
Magazine sans frontières 

 

Dans la catégorie Numéro 36 (Déc 2017- Fév 2018)

Urgence: Au cœur de la crise sociopolitique togolaise

Depuis août dernier, des villes togolaises comme Sokodé, Mango et Bafilo, où la contestation populaire contre les 50 ans de pouvoir de la famille Gnassingbé est la plus forte, sont le théâtre d'une violente répression militaire et policière. Un contexte qui rend quasi impossible le travail…

Lire plus ›

Santé: Une lueur d'espoir dans la lutte contre le virus Ebola

Les récents essais cliniques sur deux vaccins expérimentaux – réalisés notamment en collaboration avec Médecins Sans Frontières – semblent apporter une lueur d'espoir à ceux qui luttent contre le virus Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes depuis qu'une épidémie s'est…

Lire plus ›

Droits des femmes: Le théâtre social comme exutoire

« L'art social a pour rôle d'embrasser les cœurs et d'accrocher les consciences », résume le metteur en scène congolais Pascal Bukasa Oshosho. C'est le pari que font Oxfam-Québec et ses partenaires avec leur projet de co-création théâtrale destiné à lutter contre les…

Lire plus ›

Solidarité: Des vidéos inspirantes pour inciter à l'action

Les « héros » du Projet Imagine sont des gens qui agissent pour le bien commun ; des citoyens qui ont identifié une problématique de société et qui ont décidé d'y remédier par l'action. En diffusant à grande échelle leur portrait filmé, l'ONG fondée par la journaliste…

Lire plus ›

Magazine en cours (Sept-Nov 2018)

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2