Niveau du haut

Le magazine international de référence depuis 2008!

Éthiques et Sociétés Communication

Dossier spécial: La Russie joue ses cartes en Afrique

Dossier spécial: La Russie joue ses cartes en Afrique (1/2)

Par Jean-François Venne

La Russie pèse de plus en plus lourd sur le continent africain. Son approche musclée en Syrie et en République centrafricaine — où elle a permis à des autocrates de se maintenir — séduit des régimes en mal de stabilité. Les populations locales risquent d’en subir les conséquences.

Dans les années 1950 et 1960, l’Union soviétique — tout comme la Chine — voyait dans les luttes contre la colonisation une occasion rêvée de se tailler une place dans les affaires du continent africain, aux dépens des pays occidentaux. Elle y a appuyé des mouvements de libération nationale dans plusieurs États, dont l’Algérie et l’Angola, ainsi que des groupes armés antiapartheid en Afrique du Sud.

Ces relations se sont distendues après la chute de l’Union soviétique en 1991. L’intérêt de Moscou envers l’Afrique est réapparu au milieu des années 2000, notamment avec la visite de Vladimir Poutine en Afrique du Sud, pour redoubler après 2014. La Russie se retrouvait alors sous le coup de sanctions économiques en raison de l’annexion forcée de la Crimée et cherchait de nouvelles avenues pour commercer et obtenir des matières premières. En octobre 2019, elle actait son retour sur le continent africain en accueillant une quarantaine de dirigeants africains au Sommet Russie-Afrique de Sotchi.

Des objectifs stratégiques

« La Russie a su saisir certaines occasions ponctuelles, mais ses actions s’inscrivent dans un cadre stratégique qui dépasse le simple opportunisme et vise des objectifs géopolitiques et idéologiques », affirme Joseph Siegle, directeur de la recherche au Africa Center for Strategic Studies de la National Defense University, à Washington.

Sur le plan géopolitique, le régime russe souhaite établir des ancrages sur les rives de la Méditerranée et de la mer Rouge. Vladimir Poutine tente depuis longtemps d’installer des bases navales en Libye et au Soudan. Cela lui permettrait de projeter sa puissance maritime sur le flanc sud de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et même de menacer la circulation du canal de Suez, où transite environ 12 % du commerce mondial.

Lire la suite de l'article

Dans la catégorie Num. 50 (Juin-Oct. 2022)

Éducation: « Ne manquez aucune occasion d'aller à l'école » Noëlla Coursaris Musunka

Figure connue des magazines beauté tels Vogue, Elle et Vanity Fair, Noëlla Coursaris Musunka a fondé l'organisation Malaika – « ange » en swahili – dans son pays d'origine, la République démocratique du Congo, en 2007. Ce véritable écosystème constitué d'une école moderne,…

Lire plus ›

Environnement: Dakar émerge dans le cycle des solutions

L'accès à l'eau potable est encore un mirage pour plusieurs, malgré l'Objectif de développement durable (ODD) 6 inscrit à l'agenda 2030 des Nations unies. En 2019, l'Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF estimaient que 30 % de la population mondiale n'y avait…

Lire plus ›

Entrevue: Sur les pas de Djemal ed-Din al-Afghani avec Guillaume Lavallée

Entrevue: Sur les pas de Djemal ed-Din al-Afghani avec Guillaume Lavallée. Voyages en Afghani retrace le parcours et le regard critique que posait le stratège politico-religieux Djemal ed-Din al-Afghani sur la domination occidentale, mais également sur sa religion, l'islam, qu'il voulait…

Lire plus ›

Photoreportage: Le poids de l'identité

PHOTOREPORTAGE. Le 24 février 2022, la Russie attaquait l'Ukraine. Le jour même, le président ukrainien Volodymyr Zelensky décrétait la mobilisation militaire générale, qui concernait alors les hommes soumis à la circonscription militaire mais aussi les réservistes. Pour les civils, et…

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 

Menu de navigation 2