Niveau du haut

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo : Getty)

Chine: Les nombreux visages de la répression de la minorité ouïghoure

Par Nelly Guidici

Les Ouïghours seraient plus d’un million à être placés de force dans des camps d’internement dans le Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, selon des ONG comme Amnistie internationale. La répression touche également la diaspora ouïghoure dès que des critiques, à l’encontre du gouvernement chinois, sont émises à l’extérieur des frontières du pays.

Au nombre de 12 millions, les Ouïghours constituent la plus grande minorité de la Chine. Ce peuple turcophone de confession musulmane sunnite vit principalement dans la région autonome du Xinjiang, au nord-ouest du pays. Il en représentait d’ailleurs 48,5 % de la population totale en date d’août 2018, selon l’ONG Chinese Human Rights Defenders (CHRD).

Immense territoire de 1,7 million de kilomètres carrés situé aux confins de l’Asie centrale, le Xinjiang est économiquement indispensable au gouvernement chinois : son sous-sol regorge de ressources naturelles comme l’or, l’argent, le charbon et le pétrole. La région fait aussi l’objet d’une politique de sinisation et d’immigration de la part de l’ethnie Han, majoritaire au pays. Le Xinjiang est aujourd’hui l’objet d’une colonisation économique et culturelle accélérée ; les principaux postes au sein du gouvernement provincial sont occupés par des Hans.

« Tous les citoyens qui n’apprennent pas la langue dominante sont traités comme des citoyens de seconde classe et ils sont économiquement défavorisés », explique Anne Sainte-Marie, responsable des communications du chapitre canadien d’Amnistie internationale, en précisant que ce contexte a provoqué « des réactions très fortes ». Des Ouïghours ont ainsi commis une vague d’attentats ciblant les Hans, dont ceux sur la place Tian’anmen à Beijing le 28 septembre 2013, dans la ville étudiante de Kunming le 1er mars 2014 et à Ürümqi, la capitale du Xinjiang, le 30 avril de cette même année.

« Le problème, c’est que des personnes qui avaient fait la promotion de la culture ouïghoure de façon pacifiste ont aussi été condamnées à la prison à vie, fait remarquer Mme Sainte-Marie. Le simple fait de valoriser la culture peut valoir une peine d’emprisonnement. » Sous couvert de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, les autorités chinoises ont effectivement commencé à réguler de manière draconienne les pratiques religieuses, culturelles et linguistiques ouïghoures. Les démonstrations publiques d’appartenance culturelle ou religieuse comme le port du voile ou d’une longue barbe, s’abstenir de boire de l’alcool, de même que le simple fait de parler la langue ouïghoure peuvent être considérés comme les signes d’un comportement extrémiste.

Plusieurs organisations internationales, dont Human Rights Watch (HRW), Amnistie internationale et CHRD, affirment depuis 2017 qu’une campagne de répression systématique et d’internements touchant toutes les franges de la population ouïghoure se déroule en Chine. Amnistie assure qu’une « politique d’assimilation à grande échelle » est en marche.

Le gouvernement chinois ne nie pas qu’il existe sur son sol des camps où un million de personnes sont emprisonnées. Cependant, il prétend que celles-ci y sont dans le but de suivre une formation. Par choix. « Les témoignages que nous avons recueillis montrent que les personnes n’y sont pas de leur plein gré, réfute Anne Sainte-Marie. C’est à nos yeux et au regard des normes internationales tout à fait inacceptable, car les personnes ne sont pas jugées et envoyées de facto [dans ces camps] sans pouvoir contester les raisons de cette punition. »

HRW a présenté de nouveaux éléments de preuves concernant la détention arbitraire, la torture et les mauvais traitements infligés aux musulmans du Xinjiang dans un rapport publié le 9 septembre dernier.

Pour lire l'article au complet

 

Dans la catégorie Numéro 41 (Mars-Mai 2019)

Éditorial : Dans 70 ans

La Déclaration universelle des droits de l'homme a fêté ses 70 ans le 10 décembre dernier. Généralement considérée comme étant le fondement du droit international en matière de droits de l'homme, elle est également un prisme à travers duquel nous pouvons analyser les grands enjeux…

Lire plus ›

Point de vue: Où en sommes-nous 70 ans après l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme ?

La Déclaration universelle des droits de l'homme dont nous célébrons le 70e anniversaire est incontestablement un document de signification et portée historiques. Elle a bien vieilli et reste d'une actualité brûlante.

Lire plus ›

Analyse:Des manifestants déterminés à faire tomber le régime Al-Bashir

Les violations des droits humains ont beau être monnaie courante au Soudan – où la population exige depuis la mi-décembre la chute de celui qui les gouverne depuis 30 ans –

Lire plus ›

Brésil: Les peuples autochtones luttent pour leur terre… contre leur président

Au Brésil, le nouveau dirigeant d'extrême droite Jair Bolsonaro pourrait provoquer plus qu'une catastrophe environnementale. Deux mois après le début du mandat de celui qui est décrit comme le président de l'agrobusiness, la survie de certains peuples autochtones est menacée.

Lire plus ›

Menu secondaire

 
 

Menu de navigation 2