Niveau du haut

Le magazine international de référence depuis 2008!

Éthiques et Sociétés Communication

(Photo: PARIIS / Sylvain Cedat)

Agriculture: le Sahel à l'heure de l'irrigation

Par Tiégo Tiemtoré

Depuis 2018, le Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS) s’emploie à relever le défi d’une agriculture performante et d’une irrigation adaptée dans six pays de la sous-région, soit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

La question de l’irrigation apparaît comme l’un des principaux facteurs dans le processus de l’accroissement des productions agricoles, qui permettrait de tendre à la fois vers la sécurité alimentaire, l’accroissement des revenus et le développement de l’emploi. C’est sans doute ce qui a motivé les chefs d’État de six pays sahéliens (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad), avec l’appui de la Banque mondiale et de plusieurs organisations telles la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), à lancer l’Initiative pour l’irrigation au Sahel (2is), en octobre 2013 au Sénégal. L’ensemble des acteurs conviennent alors, à travers ce qui a été baptisé la « Déclaration de Dakar », de combiner leurs efforts pour accroître le rythme et la qualité des investissements en matière d’agriculture irriguée. « Leur approche se veut participative et systémique, axée sur la résolution des problèmes et le développement de solutions adaptées à chaque situation », explique Hamidou Ko, expert régional en irrigation du PARIIS.

La rencontre de Dakar débouche sur la mise en place d’une Task force (groupe de travail) régionale pilotée par le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS). La première mission de la Task force est de s’assurer de l’établissement d’une vision commune à travers l’élaboration et l’adoption d’un document d’orientation fédérateur, nommé Cadre stratégique de l’eau agricole au Sahel. « Celui-ci reflète une vision partagée, définie à la suite d’un processus dans lequel se sont impliqués des acteurs représentatifs de la diversité des types d’interventions sur l’agriculture irriguée au Sahel et en Afrique de l’Ouest », avance Clément Ouédraogo, coordonnateur du Programme régional d’appui à la maîtrise de l’eau du CILSS, qui a piloté le processus de maturation du projet.

Actuellement, dans ces six pays sahéliens, la superficie totale irriguée à partir des grands fleuves et de leurs affluents est de 400 000 hectares en maîtrise totale de l’eau. Elle pourrait toutefois être portée à plus de 1,1 million d’hectares (ha), dont 800 000 seraient irrigués en hivernage et 300 000 en contre-saison.

Un changement de paradigme

Lancé en novembre 2018 à Ouagadougou, le premier projet opérationnel de 2is se nomme Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS). Il vise à améliorer la capacité des parties prenantes à développer et gérer l’irrigation, ainsi qu’à accroître les superficies irriguées en suivant une approche régionale basée sur des « solutions d’irrigation » locales. « Le PARIIS représente un changement de paradigme par rapport aux approches traditionnelles, explique son coordonnateur, Frédéric Dabiré. 

Lire l'article au complet

Dans la catégorie Num. 49 (Nov 2021-Mai 2022)

Politique: les Verts européens face aux dilemmes du pouvoir

En devenant des partis qui aspirent au pouvoir, les Verts ont dû prendre position sur des enjeux qui ne sont pas directement reliés à l'écologie, comme l'immigration, la sécurité ou encore la réforme des retraites. Tout d'Europe de la stratégie des partis verts.

Lire plus ›

Éditorial: Mettons les enjeux climatiques au cœur du débat public

L'humanité devra donc patienter. Certains attendront à l'air climatisé, alors que d'autres étouffent déjà. Mais au moins, reconnaissons-le, ces COP existent. Outre le désastreux bilan carbone de ces rendez-vous – pas moins de 400 jets privés ont atterri à Glasgow –, ils permettent…

Lire plus ›

Entrevue: « Ce n'est pas une question d'être présent, c'est une question de volonté politique »

La 26e Conférence des Parties signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP26) s'est déroulée du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow, au Royaume-Uni. Sans Frontières s'est entretenu avec un membre de la délégation canadienne sur place, le directeur…

Lire plus ›

Justice climatique: La nature s'invite dans les tribunaux

Justice climatique, droits de la nature, écocide… Devant l'inertie des dirigeants politiques à protéger adéquatement l'environnement, de plus en plus de citoyens et d'activistes s'en remettent aux tribunaux.

Lire plus ›

Magazine en cours




Téléchargez ici

Menu secondaire

 

Menu de navigation 2